Let’s Make History

Tchernobyl

Le 26 Avril 1986, le coeur du réacteur 4 de la centrale de Tchernobyl explosait.

Marqué à vie par la catastrophe, Jace s’est lancé le défi d’aller sur place pour y exprimer son émotion à travers son art : le graff.
Afin de lutter contre l’oubli, il a entrepris une démarche artistique en se rendant à Tchernobyl (Mai 2019), à l’endroit même de la catastrophe.
Un projet de longue haleine, mûrement réfléchi. Une engagement fort et militant. Un devoir de mémoire en hommage aux nombreuses victimes de cette tragédie.

Résultat : 26 peintures (en référence à la date de l’évènement) mettant en scène le Gouzou dans le « no man’s land » de la zone d’exclusion, dans un rayon d’une trentaine de kilomètres et d’une superficie totale de 2600 m2.
Chacune des oeuvres a tenu compte du contexte dans lequel elle se trouvait en respectant le mémoire du lieu, donnant vie aux ruines de Tchernobyl, en s’intégrant dans le paysage, sans le dénaturer.

« A travers ces peintures, je montre qu’avant la catastrophe, il y avait une vie avec des habitants qui ne se doutaient pas que du jour au lendemain, cet incident allait changer leur vie à jamais, et ce à tous les niveaux. »
« Je veux aussi sensibiliser le monde sur ces gens qui, malgré tous les risques encourus, ont choisi de rentrer sur leur terre et regagner leur maison en acceptant les conséquences. Pendant que nous menons notre train-train quotidien, ces personnes sont en mode survie et se sentent abandonnées. Aujourd’hui, plus personne ne parle d’elles… »
« A mon niveau, j’aime à penser que j’ai apporté à cette terre et à ces gens une heure d’espoir, d’humanité et de joie. »

Après ce voyage exceptionnel, Jace a retrouvé son atelier pour préparer une exposition grandiose (Octobre-Novembre 2019, D2 Le Port) inspirée par quatre jours d’immersion à Tchernobyl.